Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Tsutomu Nihei
  • MescalitoMescalito mai 2009

    Tsutomu Nihei, tout est dit...


    Un mangaka vraiment étonnant ou que se passerait il si l'on mélangeait les CNS de Gibson, Moebius, Druillet et Yukito Kishiro...j'ai lu BLAME et BIOMEGA, et franchement, je suis sur le Q...ça fait vraiment des années qu'une BD/manga/comics ne m'avait pas autant fait plaisir, aussi bien pour le rythme et le scénario que pour le graphisme.


    Un exemple, pas le mieux choisi mais qui m'a titillé fortement, c'est la première fois qu'un acte se rapprochant d'un acte divin ressemble vraiment à ce qui se rapproche d'un acte divin, comprennes qui pourra. En 2 pages, on passe de l'homme qui marche à gunnm last order, et ça passe bien...j'ai trouvé un côté vraiment poétique dans BLAME qui se rapproche du beau et du sublime (c'est dire). Je ne veux pas trop en dire pour ne pas gacher votre plaisir ou vous donner de faux espoirs...


    Alors, lisez BLAME...et lisez aussi BIOMEGA tant que vous y êtes...


    Bonne lecture et dites moi ce que vous pensez.

  • Quand tu m'as parlé de Biomega l'autre jour, je me suis dit que ça me faisait penser à BLAME!... Vil faquin, tu n'aurais pas pu le dire avant ? Comme je ne retiens jamais les noms asiatiques les cinquante premières fois que je les lis, je n'avais pas fait le rapprochement. Je vais immédiatement lire Biomega, BLAME! étant un truc de malade mental aussi hautement recommendable que difficilement racontable.


    En parlant de Gibson, si vous voulez suivre ses palpitantes aventures, il est là : @GreatDismal.

  • KalesKales mai 2009

    H-S: "Je vais écrire cet article, je vais écrire cet article, je vais écrire cet.."
    C'est la troisième fois que j'efface, de rage, le topic que je veux lancer, ici, sur [i]Flower, Sun, and Rain[/i].
    Dur de faire semblant d'être intéressant plus de trois lignes. Dur, effectivement (pour ceux qui me l'ont déjà dit), d'arrêter d'utiliser Chrome (Google est décidément plus fort qu'il n'y paraît) au profit de Firefox (qui marche tout de même mieux avec Über, je dois l'avouer).
    Et puis je risque d'avoir du mal à vous persuader qu'un jeu DS ayant reçu le score admirable de 56 sur Metacritic (ah, Metacritic...), massivement descendu par la presse, et vendu uniquement par Internet de par chez nous (car invendable), est l'une des expériences m'ayant le plus marqué de ces six derniers mois, non?

    Goichi Suda forever: je vais finir par le faire, cet article.



    [b]Dans le sujet:[/b] Bon, je n'ai pas encore lu grand chose, mais avec trois chapitres écoulés, je peux déjà dire deux-trois choses sur BLAME...
    D'abord, il fait rentrer dedans. C'est assez déconcertant au début, et le graphisme a un côté très brut parfois difficilement lisible. Après, je trouve ça rappelle indéniablement Akira, plus encore Gunnm (première série, je n'ai rien lu de Last Order), tout en ayant un caractère personnel assez fort...
    J'en dis plus après lecture intégrale.

  • Biomega, tin, pfff. C'est indescriptible, mais je vais quand même essayer.


    C'est dans un sens plus mature que BLAME!, parce qu'on a un peu moins de mal à suivre la trame. C'est moins contemplatif et plus, euh, linéraire, en tout cas au début. Mais alors, à côté de ça...


    C'est l'histoire d'un mec en combinaison moulante qui possède une moto qui roule très vite, y compris sur les murs, et qui se bat à la hache et au flingue, secondé par une espèce d'IA qui a l'air de vivre dans sa moto, contre l'humanité quasi-entière changée en zombies métamorphes à cause d'un virus tombé sur Terre suite à une obscure mais énorme couille arrivée sur Mars 700 ans plus tôt, sachant qu'on est aux alentours de l'an 3000. Au passage, il devient pote avec un ours sniper qui parle en essayant de récupérer une adolescente qui a a priori assimilé le virus sans devenir un gros tas de viande dégeulasse et hargneux. Les méchants sont des mecs en costard avec des masques de hockey et des tabliers de boucher qui régénèrent pire que des trolls, et leur boss ressemble à Cthulhu en moins sympa.


    Jusque-là, tout va bien.


    Ensuite... Bah, faut se mettre dedans (et j'y suis). En gros, on prend la scène finale d'Akira, et on en fait une histoire de malade mental dont les éléments susnommés sont les plus normaux. Ce manga est une orgie visuelle et narrative à côté de quoi la fin d'Evangelion est aussi simple à appréhender qu'un épisode des Petits Malins. Je dis ça, et j'en suis à un peu plus de la moitié.


    Bref, c'est Über.

  • Citation de Kalès : Goichi Suda forever: je vais finir par le faire, cet article.


    Ouais, ce serait bien.

  • MescalitoMescalito mai 2009

    BLAME est très descriptif au départ puis l'action semble se répéter mais avec toujours des éléments nouveaux qui complètent la description de ce monde étrange dans lequel ils évoluent, mais ce monde est tellement étrange que sa simple découverte de cette manière devient vite captivante...ça vaut vraiment le coup de persévérer...puis le scénario se dessine et se complexifie de manière un peu lynchéenne et c'est de plus en plus hallucinant...


    Nihei met vraiment beaucoup de choses en place au fur et à mesure du déroulement de la trame narrative dont au final il ne se sert pas tant que ça mais c'est déjà difficile à suivre sur certains points que je me demande si utiliser plus encore certains éléments comme la Net sphere et les divers Back up, n'aurait pas nuit à la lecture....j'aurai tendance à dire que non, mais bon...chapeau bas pour l'univers qu'il met en place. D'autant plus que ça parait incompréhensible voire gratuit mais quand vousaurez lu NOISE et BIOMEGA, ça paraitra plus clair...enfin, pas plus clair, mais moins gratuit...


    Autant dans BLAME on part de l'abstrait pour arriver vers le concret ou plutôt on part de l'inconnu pour graviter petit à petit autour du familier (en simplifiant outrageusement), autant pour BIOMEGA, c'est l'inverse, on commence dans le familier et on arrive de plus en plus vers l'inconnu et l'étrange...ce qui est le plus jouissif, de mon point de vue, est lié aux notions de temps et d'espace (genre monter un escalier de 3000km, prendre un ascenseur durant 800 heures, marcher durant 500 ans pour arriver à une destination précise,...).


    J'ai hate de lire les autres bouquins de Nihei.


    Et tant que vous y êtes, lisez NOISE...

  • J'ai fini Biomega, et j'ai pas tout compris, mais c'était bien. Au moins, on sait qui est l'ours.

  • MescalitoMescalito mai 2009

    Blame et Biomega font parti de cette rare élite qui mérite d'être lu au moins 2 fois...même si lire Blame 2 fois prend un minimum de temps...


    Citation de Ø :

    J'ai fini Biomega, et j'ai pas tout compris, mais c'était bien. Au  moins, on sait qui est l'ours.


    L'ours, quel personnage de ouf...le ressortir sur la fin m'a bien fait halluciner, j'avais oublié son existence lors du déroulement de la seconde partie de l'histoire...bien que les ouvrages sont présentés comme n'ayant pas de rapport direct si ce n'est quelques références communes, je trouve que Biomega fait parfaitement office d'intro à Blame à tel point que ce dernier peut faire office de suite "logique"

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion