Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Bienvenue à Cortout
  • Bienvenue à une nouvelle personne intéressante qui, pour répondre à sa question, est certainement intéressante selon les critères et centres d'intérêts de la plupart des membres de ce site.


    Cortout

    Je poursuis le but de promouvoir le jeu vidéo comme un art à part entière, et trouver ce genre de petites perles. Après, si cela fait de moi une personne intéressante, qu'en sais-je?


  • KalesKales mars 2009

    Sans aucun doute.
    Et pourtant, lors d'une conférence de la GDC, quand on demande à Fumito Ueda et Goichi "51" Suda (d'éminents game designers, vous en conviendrez, aux jeux souvent un peu conceptuels) si leurs jeux sont à considérer comme de l'art, l'un répond qu'il ne se préoccupe pas du sujet, qu'il fait des jeux et point barre. Et que si certains y voient de l'art (en même temps, Ico est-il objectivement "juste" un jeu?), libre à eux.
    Et l'autre (j'adore, mais on peut faire des comparaisons), fidèle à lui-même, nous gratifie d'un: [b]“Being alone is very important. I go to the bathroom, I try to poop and then I will come up with an idea. This is a true story!”[/b].

    Il convient de rappeler que les sauvegardes de No More Heroes s'effectuaient aux toilettes.

  • Sacoche1erSacoche1er mars 2009

    Cortout

    Je poursuis le but de promouvoir le jeu vidéo comme un art à part entière, et trouver ce genre de petites perles. Après, si cela fait de moi une personne intéressante, qu'en sais-je?



    Une petite recherche sur les pages de la communauté répondra bien vite à ta question, tant le sujet -débat?- a fait rage en son sein. Les avis divergent, évoluent, se backstabbent les uns les autres. Bref, c'est une question récurente, qui te promu donc membre à part entière, sans le moindre doute.


     


    Bienvenue Cortout :)

  • MoArtisMoArtis mars 2009

    Bienvenue Cortout !



    Et surtout Bravo à Ueda pour son horrible troll. Cela m'a bien fait rire, tout en pensant à Eric Viennot qui avait déclarer il y a peu : "..., ou comme Ueda, créateur japonais... sont des créateurs qui, comme moi, essaye d'amener le jeu vidéo vers un art à part entière..."



    Après peut-être que Ueda essaye de générer un buzz en mentant sur sa démarche et sera totalement en décalage avec ses propos en nous sortant un jeu-pamphlet à la notion d'art dans le jeu-vidéo.



    C'est bon, je suis devenu fan d'Ueda depuis cette GDC. :)



     


  • CortoutCortout mars 2009

    J'admets avoir été quelque peu choqué par les paroles d'Ueda, à la première lecture en tout cas. J'essaye de m'attacher à la conviction que c'est par modestie qu'il ai dit ça. [croise les doigts]

    Mais après, c'est peut être juste une question de terminologie. Je me souviens d'un slideshow d'Ueda où l'on voyait clairement que son objectif était que le joueur ressente de l'émotion. Ajouté au fait que le gameplay a un rôle vraiment important dans cette émotion, je ne vois pas en quoi ce qu'il a fait n'est pas de l'art. De toute manière, la force émotionnelle est là, et peut être que cet atout n'est pas contradictoire au terme "jeu vidéo" selon Ueda. J'admets trouver ça vraiment réducteur, le mot jeu ramenant trop au jouet et au "ludique est roi", et donc amusement. Si déjà le médium pouvait être considéré comme divertissement, ce serait une grande avancé.

  • MescalitoMescalito mars 2009

    Bienvenue Cortout


     


    "Si déjà le médium pouvait être considéré comme divertissement, ce serait une grande avancé."


    Non, surtout pas, du moins pas si ton but est de faire valoir le JV en tant qu'art...la plupart des microcosmes pseudo artistiques que j'ai vu s'accordent tous à montrer du doigt de manière négative le côté divertissement, entertainment, spectaculaire de notre environnement (héritage désuet du situationnisme, les gens aiment se dirent qu'ils sont des résistants culturels dans l'ame....mais alors juste dans l'ame XD)...après, il y a les cyniques et les désabusés qui parlent d' "artentainment "...par contre, la majorité des artistes labélisés comme tel ou non s'accordent à dire qu'ils ne sont pas artistes (justement car ce n'est qu'une question de label apposé par une poignée d'institutions...et que ça en fait quelque chose d'un peu puant)


    Je pense qu'il faut lui préférer la dénomination Jouable...qui est aussi le titre d'une expo internationale d'art intéractif contemporain. (car le jeu a des vertues que le spectacle (cathartique) n'a pas).

  • CortoutCortout mars 2009

    J'étais dans l'idée qu'une étape intermédiaire ne pouvait qu'être bénéfique. Je pense aussi qu'il faut qu'il y ait une séparation entre le divertissement et l'art, mais certains films sont de l'art, et les gros blockbusters ne ternissent pas leur image, si? Il n'empêche que le message que je propage autour de moi est que le JV peut être un art. Mais un art populaire n'évolue t-il pas obligatoirement en divertissement de masse? Quel est l'ordre, si liaison il y a?

    Malgré toute mon envie d'étendre le nombre de personnes connaissant cet art, je pense que l'art interactif restera, de toute manière, pour un public de niche, et mis un peu en vitrine pour les non joueurs, pour montrer tous le bien que peut faire ce médium. Créditer le média comme "potable pour tous", et donc divertissement pourrait apporter une ouverture d'esprit, et ainsi faire connaitre la "branche" art interactif.

    Mais Mescalito, je ne vois pas bien pourquoi le JV ne devrait pas être considéré comme divertissement. Tant que cette appellation n'englobe pas l'art interactif, pourquoi ne pas laisser la chance à plus de personnes de vivre une expérience plus mature, mais sans être de l'art? Même si je dois dire que mon utopie reste des œuvres laissant plusieurs possibilités de lectures, et que selon ce que cherche le joueur, il vit l'expérience qu'il désire, qu'elle soit didactique ou non, artistique ou non. Mais laisser la possibilité de choisir. Si toute la valeur se base sur la réflexion nécessaire pour cerner l'œuvre, ceux qui ne font que s'immerger ans un univers, que peuvent ils faire? La solution pourrait être chacun son jeu, mais je trouverais ça dommage d'être aussi sectaire.

  • KalesKales mars 2009

    J'ai une vision intermédiaire de la chose. Déjà, je n'aime pas vraiment parler du JV avec la dénomination "notre passion", cela a un petit côté sectaire (comme si on allait se mettre à faire des plaidoyers en latin pour quelque obscur jeu disponible sous le manteau).
    Ensuite, le "jeu", le "jouable" c'est encore ce qu'il y a de mieux, je trouve, actuellement, comme façon de considérer le média en question. "Jeu", c'est universel comme terme, même si cela peut paraître réducteur, un peu infantile. Alors que "divertissement" évoque d'autre choses, comme par exemple la "consommation". Le jeu a toujours existé, la "consommation", elle, est quelque chose de récent, et peut-être d'éphémère aussi.
    Il existe un grand nombre de jeu "consommables", parce qu'un jeu, c'est quasiment toujours un "produit" aussi. On peut trouver de l'art dans un produit, mais ce n'est pas le but premier de la chose.

    Bien sûr, je sors un peu du cadre du sujet, de manière un peu bancale peut-être. Et je ne suis pas exhaustif.

  • MescalitoMescalito avril 2009

    Yup, on en revient aux problèmes des threads précédents,


    la définition de "art" et le fait que les instances culturelles (privées comme publiqes) liées à la création contemporaine fonctionnent sur un mode d'élitisme exclusif, il est question d'un microcosme (et comme beaucoup de personnes appartenant à un microcosme, sont heureuses que cela soit "élitiste"...question d'égo mal placé en quelque sorte), le but n'est pas qu'une oeuvre se popularise trop vite (c'est ce que dévoile l'histoire de l'art à quelques exceptionsorès)...et à nouveau, je pense qu'il faut considérer les spect-acteurs comme des publics et non pas comme un seul.


    De plus, en ce qui concerne la réception, elle est fonction de chacun, même s'il y a un inconscient collectif, un contexte culturel, chacun aura une réception qui lui est propre. En transposant ça dans les JV, on peut voir aussi la présence d'une IA s'adaptant au style de jeu du joueur comme une prise en compte de l'individualisation de l'expérience et de la réception.


    Désolé de faire aussi court mais j'ai assez peu de temps en ce moment, ça ira mieux d'ici une bonne semaine.

  • CortoutCortout avril 2009

    Juste pour éviter d'ouvrir un nouveau topic, je suis tombé sur cet article dans direct soir, qui avait comme titre "art et jeux video". Bon, le contenu est inintéressant, vu qu'il ne s'attache qu'aux parties étant eux des arts labellisée, le traitement de l'image et la musique, et non pas à la synergie de ça, mêlée au gameplay. Mais le fait que cet idée là est citée dans un journal de masse fait vraiment plaisir. Et en plus, c'est Michel Ancel, une personne que j'adule pour BGE*, qui est interrogé. Je vous passe un scan du petit article, qui était, soit dit en passant, situé à côté d'un article sur la Wii et le casual.


    http://img9.imageshack.us/my.php?image=artetjeuxvideo.jpg


    * Beyond Good and Evil

    et non Beyong [sourire], désolé, je ne pensais pas devoir spécifier.

  • EnsembleVideEnsembleVide avril 2009

    ...


    Ca me laisse sans voix, le contenu de cet "article". Pour trouver quelque chose d'artistique dans les dernières franchise d'Ubisoft, faut quand même, euh...


    Je ne sais pas, ça me rend juste triste.


    Alors oui, c'est sans doute bien qu'un journal grand public fasse le rapprochement entre art et jeu vidéo, mais de cette manière là, non. On touche à la désinformation, à un niveau pareil. On appréciera tout de même qu'ils n'aient pas cité les Lapins Crétins.

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion