Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Chris Taylor, Ou L'histoire D'un Gros Dépoussiérage...
  • EonEon janvier 2009


    Ça y est, c'est fait. Depuis la sortie de l'excellent Total Annihilation en 1997, des années après avoir quitté Cavedog Entertainment (qui a mis la clef sous la porte peu de temps après), Chris Taylor, à la tête de sa propre boîte connue aujourd'hui sous le nom de Gas Powered Games, a décidé de dépoussiérer ce vieux chef d'oeuvre du RTS. C'est ainsi que le 20 Février 2007, Supreme Commander est dévoilé au monde entier. Certes, derrière ces noms pompeux et peu attractifs de Total Annihilation et de Supreme Commander, on peut facilement se dire que ce sera un autre navet bourrin-destruction-massive. Eh bien non. Tout du moins pour la partie navet. C'est en vérité une parfaite boucherie dans les règles de l'art de l'univers du jeu de Stratégie, mais une boucherie fidèle au vieux jeu, seulement avec le graphisme qui déboîte en plus et une bande-son très réussie.




    La société Cavedog, qui aujourd'hui n'existe plus.



    L'idée est simple : vous avez un Commander, une espèce de gros robot relativement puissant, qui a la capacité de construire toutes sortes de bâtiments. S'il est détruit, vous perdez. A l'instar d'Age Of Empires, il y a plusieurs niveaux de technologies. Ici, technologie 1, 2, 3 et Expérimental. Forcément, inutile de vous dire que le mode expérimental est déclaré comme le summum de la barbarie surviolente. Selon vos envies, vous pouvez contrôler les gentils humains (Comme d'habitude, les humains sont TOUJOURS, dans le futur, des militaires armés jusqu'aux dents, regroupés sous la bannière d'une pseudo congrégation a acronymes pour faire plus beau et plus méchant), les Aeons, une race d'extra-terrestres (ressemblant... à des humains, pour changer, représentants d'une religion très simple et très concise, puisqu'elle veut éradiquer les non croyants), et une race de nanites (sur-évolués comme par hasard humains et relativement violents), qui se battent pour la reconnaissance de leur nation etc... Ceci dit, les factions diffèrent totalement de Total Annihilation, qui lui, se limitait aux deux factions humaines "Arm" et "Core", qui ne faisaient que se taper dessus joyeusement.




    Votre Commander. Il ne ressemble à rien d'autre qu'un des ces robots moches et basiques, mais sans lui vous n'irez pas loin.



    Au niveau des ressources, elles se limitent au métal et à l'énergie. On peut construire des extracteurs sur des gisements, et créer des générateurs. Rien ne change par rapport à son ancêtre. L'administration des ressources est toujours la même, mais peut être déroutante pour quelqu'un d'habitué aux Age Of Empires, Warcraft, Starcraft et autres jeux du même style. Pour faire simple, si le nombre en rouge dépasse celui en vert juste au dessus, votre total de métal ou d'énergie baissera, jusqu'à ce que vos réserves soient vides. Si elles sont vides, la construction des bâtiments sera beaucoup plus lente. Au départ un peu difficile à maitriser, mais au final, on se rend vite compte que c'est vraiment bien pensé, et que ça se démarque complètement des autres systèmes où il fallait avoir un nombre précis de ressources pour construire. Là, c'est un afflux constant de ressources qui vient remplir vos réserves.


     




    Votre économie, ça ressemble un peu à ça. Pas très intuitif.



    En voyant que le fameux Total Annihilation allait avoir une suite, j'ai d'abord pensé qu'il allait se confondre dans la vacuité ambiante du jeu vidéo, c'est à dire y-a-rien-qu'est-plus-beau, mais y-a-que-deux-niveaux. (Ah ben oui, quand on met deux ans à faire un niveau, à parfaire au centimètre près la trace de pied et l'onde de choc poussiéreuse que va faire un robot minuscule sur un champ de bataille, forcément, après, on passe quelques niveaux à la trappe, histoire de gagner du temps.) Dans un sens, je n'ai qu'à moitié été déçu, voire moins. Il n'y a certes que quelques missions, sept ou huit, mais elles durent bien trois heures chacune, sans parler des moyens presque illimités que vous avez pour anéantir quiconque se place sur votre route. La carte de la mission reste en grande partie cachée pendant la mission, et la zone de jeu s'agrandit au fur et à mesure de l'accomplissement de vos objectifs dans cette mission. Par exemple, vous devez au départ pulvériser une base ennemie, et la carte est toute petite. Une fois cet objectif accompli, paf, stupeur et putréfaction, la carte n'était pas aussi petite, et vous voilà entouré de quatorze bases ennemies prêtes à lancer une contre offensive potentiellement destructrice. Généralement, si on n'a rien prévu pour se protéger un minimum, on dit : "Ah". Et on meurt dans la joie. Dans un sens, ça permet d'injecter un peu de suspense dans la mission, pour éviter de s'ennuyer, et ça marche plutôt bien. Du coup on se transforme vite en paranoïaque maniaco-dépressif construisant des tourelles de défense un peu partout.




    Et une soucoupe d'Independence Day, une.



    Justement, revenons à ces moyens pratiquement infinis pour détruire l'ennemi dont je parlais juste au dessus. C'est l'un des rares jeux à développer tout aussi bien le Terrestre (y compris les bâtiments genre artillerie à longue distance) que l'Aérien et le Maritime. On peut tout faire, mixer, ne choisir qu'une seule voie, etc... Tout est équitablement développé. C'est d'ailleurs ce qui donnera envie au joueur de recommencer le jeu encore et encore, pour épuiser tous les moyens possibles de destruction. Lors de la mission solo, vos "amis" vous parlent par vidéo. C'est souvent comique de se retaper les vieilles rivalités entre races déjà évoquées dans de nombreux jeux... Dommage que les cinématiques soient ratées, et qu'elles ne changent pas selon les factions choisies. En gros, le fait de choisir différentes races ne modifiera que quelques dialogues en jeu, c'est tout.



     




    Voici le joyeux désordre que vous pouvez voir lors d'un dézoom. Votre base est transformée en hideux symboles.



    Après avoir fini l'habituelle campagne solo, vous pouvez vous jeter avidement sur le mode escarmouche, plutôt bien réalisé, même si un abîme sépare l'IA du mode campagne solo et l'IA de l'escarmouche. Je l'ai essayé, et il est ultra violent, et pas mal customisable. Vous pouvez aussi définir le comportement de l'ordinateur :rush, tortue, développement de la technologie etc, mais ceux qui aiment se développer tranquillement ne seront pas dans leur élément. Même en mode tortue, l'IA se précipite sur toutes les ressources à portée et annexe rapidement toute la carte, tout en attaquant le joueur désemparé et choqué. Enfin au moins, ça a le mérite de remettre le joueur à sa place, et ça donne un truc du genre : "Tu crois avoir tout vu ? Ben non. Tiens prends ça." Bon évidemment, tout ça, c'est sans compter qu'il faut un salaire de ministre pour pouvoir se payer la machine digne de la NASA qui pourrait faire fonctionner la chose. Le mien le supporte à peine, et même si vous avez la bête qui peut le faire tourner, il faudra souvent s'accrocher pour la prise en main si vous n'avez jamais joué à Total Annihilation avant. C'est un gros point faible. Il n'est vraiment pas intuitif, voire très compliqué parfois. On remerciera le Tutorial qui aide pas mal, mais pas assez pour tout comprendre. Cependant, c'est un digne successeur, qui, mis à part le côté graphique, ne révolutionne pas grand chose, mais reste toujours fidèle à son prédécesseur. Un petit coup de nostalgie de la part de Chris Taylor.

  • Sacoche1erSacoche1er janvier 2009

    euh mais les maps sont si gigantesques et les unités si nombreuses et agitées qu'un jeu si laid consomment tant en ressource?


    En tout cas, chouette article :)

  • EnsembleVideEnsembleVide janvier 2009

    Citation de Sacoche1er :


    En tout cas, chouette article :)



    Je confirme, excellente contribution. Qui me rappelle que je n'ai d'ailleurs toujours pas joué à l'original. Du coup, ça m'a donné envie d'esssayer, mais j'ai comme un doute sur la jouabilité de la chose vu ce que tu as l'air de dire quant aux performances requises... Peut-être que je m'y risquerai après avoir fini Fallout 3 (si je ne meurs pas d'ennui avant, mais ceci est une autre histoire, qui mérite de plus amples et hypothétiques détails).

  • EonEon janvier 2009

    Citation de Sacoche1er :

    euh mais les maps sont si gigantesques et les unités si nombreuses et agitées qu'un jeu si laid consomment tant en ressource?



    Eh bien oui. Enfin si tu retires les multiples explosions nucléaires, les lasers un peu partout, les raids aériens qui te fonçent dessus à intervalles réguliers, les dômes des boucliers dont tu as impérativement besoin qui recouvrent la moitié de la map... ça donne ce genre de choses.


    Mais je pense que ça s'applique beaucoup plus à cette suite qu'à l'original. J'ai un assez bon souvenir de Total Annihilation, et il ne demandait pas de configuration incroyable. Je me trompe peut-être, ça fait longtemps que je n'y ait pas touché, mais en ce temps là, je n'avais pas remarqué un fouilli comme celui-ci. (Ou il était mieux caché ?)

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion