Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Terry Pratchett, Chevalier
  • EnsembleVideEnsembleVide décembre 2008

    FANTASY author Terry Pratchett is now a real-life knight after being awarded the highest recognition in the Queen's new year honours list.

    Et oui, aussi fou que ça puisse paraître (même s'il le mérite certainement) l'auteur des Annales du Disque-monde se retrouve chevalier pour de vrai.

    Les détails sont  par ici.

  • Sacoche1erSacoche1er décembre 2008

    Plussoyons, plussoyons.

    C'est vrai qu'il le mérite bien.

    Et on évitera de penser que c'est uniquement du au succès commercial de ses oeuvres, qui se popularisent avec la vague heroic-fantasy lancée par JK Rowling et à la récente adaptation en video par Sky One de "the Hogfather", qui a, toutes proportions gardées, complètement cartonné. (et que je conseille d'ailleurs à tout le monde).


    La news classe de la fin de l'année.

  • KalesKales janvier 2009

    "Moi d'abord, je n'aime pas Terry Pratchett".

    Non, en fait les romans sont tous chez moi, mais je n'ai jamais accroché. Du coup, j'ai l'impression d'être le seul, de plus en plus...
    En fait, le Disque-Monde, je le préfère dessiné par Paul Kidby; les illustrations ne souffrent pas de problèmes de rythme.

    Malgré les traductions françaises des expressions Pratchettiennes, recherchées.

  • EnsembleVideEnsembleVide janvier 2009

    Je vois ce que tu veux dire par là, effectivement Pratchett a un style inimitable qui tend à partir dans tous les sens, et tous les livres du Disque-monde ne sont pas égaux. Tout dépend de son délire du moment. Moi je n'ai jamais eu de problème de rythme parce que je n'ai jamais essayé de lire ses bouquins dans l'ordre (et il n'y a pas que le Disque-monde, le Grand Livre des Gnomes vaut aussi son pesant de cacahuètes). A vrai dire, c'est plutôt difficile de considérer son oeuvre dans un certain ordre et avec un certain rythme.


    Pour ma part, je la connais de manière fragmentée, autant par les livres que par les jeux (le téléfilm du Père Porcher n'est pas mal non plus, d'ailleurs) et c'est là où c'est intéressant : tout se répond plus ou moins, on retrouve des personnages, des ambiances, mais il n'y a pas de storyline principale ; l'ensemble n'est pas plus logique que l'univers qu'il décrit, mais ses différents éléments fonctionnent indépendamment.


    Je dirais que Pratchett est à apprécier par morceaux, en piochant au hasard, plutôt que comme une encyclopédie monolithique.

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion