Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Yves Paccalet - L'humanité disparaîtra, bon débarras !
  • EnsembleVideEnsembleVide janvier 2007

    [align=center][img]http://www.uberclub.org/img/pour-les-yeux.gif[/img][/align]

    Pour commencer en beauté cette nouvelle année, nécessairement pleine de meilleurs vœux et de grandes résolutions, recommander un livre qui vous plongera tous dans une profonde béatitude est de mise. [b]L’humanité disparaîtra, bon débarras ![/b] dont la connotation comique du titre perd de sa valeur après lecture de l’ouvrage, vous fera néanmoins rire, que vous le preniez ou non au sérieux. Il décrit, avec subjectivité certes, mais avec chiffres à l’appui, les très diverses façons dont l’espèce humaine s’éteindra d’ici un siècle (ou deux, si elle a de la chance).

    [b]Yves Paccalet[/b], son auteur, radicalement désabusé par la bêtise de l’immense majorité de ses congénères, a finalement décidé, après une vie consacrée à la sauvegarde de la planète, de pousser une petite gueulante. Ecrivain, philosophe, journaliste et naturaliste, compagnon de route du [b]Commandant Cousteau[/b] pendant quinze ans, écologiste enragé et président de [b]Green Cross France[/b], il sait de quoi il parle. Malheureusement.

    C’est avec c’est quelques lignes plutôt optimistes que commence son bouquin :

    [i]J’ai cru en l’homme, je n’y crois plus.
    J’ai eu foi dans l’humanité, mais c’est fini.
    J’ai pensé, dit et écrit que mon espèce avait un avenir.
    J’ai tenté de m’en persuader. Mais je suis sûr du contraire : l’humanité n’a aucun destin. Ni lendemain qui chante, ni surlendemain qui fredonne. No future : elle est comme une droguée – déjantée, esclave des biens matériels, asservie à la croissance, en addiction de consommation. Une épave…[/i]


    [align=center][img]/uploads/2007/01/humanite.png[/img]
    [i]La couverture, aussi engageante que le titre.[/i][/align]

    Autant le dire tout de suite, le reste est de la même veine. Sans pleurnicherie, avec hargne et cynisme, mais aussi avec un résidu de tendresse envers cette humanité qu’il aime malgré tout, [b]Yves Paccalet[/b] démonte soigneusement le mythe du progrès et le culte de la sacro-sainte [i]croissance[/i], aux noms desquels nous commettons nonchalamment l’irréparable. Il n’y a rien de dramatique là-dedans. C’est un simple constat : la Terre s’en remettra, mais l’Homme, avec ou sans majuscule, est condamné à l’extinction à brève échéance.

    A moins d’une prise de conscience globale et de changements drastiques et immédiats, auxquels, bizarrement, l’auteur ne croit pas. D’après lui, l’homme est sujet à trois besoins irrépressibles, qui sont le sexe, le territoire et la hiérarchie. La propension de chacun à assouvir individuellement ses besoins, couplée à notre capacité de nous projeter à la place du voisin, est ainsi le moteur d’une course perpétuelle et vertigineuse vers ce que l’autre n’a pas encore. Comprendre ce que nos semblables désirent est paradoxalement synonyme de lutte fratricide : il n’y a de partage qu’à notre avantage, en tant qu’individu ou communauté.

    Or, c’est là un problème à résoudre au plus vite. Concrètement, selon [b]Paccalet[/b], ça se traduit ainsi : [i]au niveau de vie occidental, la Terre est capable de nourrir, de donner à boire et de fournir de l’énergie et des métaux à un milliard de personnes. Pas plus. Or, nous sommes déjà plus de six fois plus ! Il y a donc deux possibilités : ou bien on partage, ou bien c’est la guerre.[/i] La guerre, d’ici quinze ou vingt ans, pour le pétrole, ou pour l’eau potable, paraît inévitable. En 2025, nous serons huit milliards pour toujours moins de ressources, l’équation est simple.

    Les riches accepteront-ils de voir leur niveau de vie baisser sensiblement pour que tout le monde puisse survivre ? Suspense. La guerre nucléaire n’est que l’une des treize causes d’extinction de l’humanité envisagées par [b]Yves Paccalet[/b] – la plus probable. Il en a choisi treize pour l’aspect symbolique du nombre, mais avoue pouvoir en inventer d’autres à la demande. Tous les scénarii ne sont pas également crédibles, mais tous sont plausibles. Et bien sûr, en parallèle de la guerre et de la destruction des modes de vie non occidentaux, une pléthore de cataclysmes écologiques nous attend.


    [align=center][img]/uploads/2007/01/yves-paccalet.jpg[/img]
    [i]L'auteur, tout à fait crédible dans le rôle
    du vieux routard écologiste.[/i][/align]

    Enfin, vous l’aurez compris, [b]L’humanité disparaîtra, bon débarras ![/b] n’est ni une fiction, ni une satire. C’est le témoignage et le réquisitoire acerbe d’un homme qui se demande honnêtement s’il a eu raison de faire des enfants, et qui s'efforce malgré tout de rester drôle et poli, tout en faisant semblant d’être optimiste. Même s’il qualifie officiellement son livre « d'essai d'humour écologique noir », les thèmes abordés ne sont pas fondamentalement amusants, quand on y réfléchit après coup. La manière dont ils sont présentés fait sourire, mais les questions soulevées, pas tellement. Et pendant ce temps-là, il y a des gens qui parlent de jeux vidéo...

    Mais bon, un livre qui vous recommande de manger vos bébés vous divertira, à défaut de vous convertir en militants de [b]Greenpeace[/b]… Et puis, le mot de la fin vaut vraiment le détour. Faute d’une touche d’espoir, [b]Yves Paccalet[/b], aussi connu comme « le poète qui accompagna Cousteau », fait honneur à son titre en terminant sur une splendide ode à la décomposition du corps humain, où chacune de ses molécules, enfin libérée, devient après un long voyage une infime partie de toutes les beautés de la nature.

    Sauf que, si l’on considère ce qu’il a écrit avant, il ne restera plus grand-chose de beau après la fin de l’humanité.


    [url=http://uber.zlio.com/Inclassable-p1538240-L-humanite-disparaitra-bon-debarras-.html]L'humanité disparaîtra, bon débarras ! sur ÜberShop.[/url]
    [url=http://www.linternaute.com/sortir/auteurs/yves-paccalet/yves-paccalet-retranscription.shtml]La retranscription d’un chat avec Yves Paccalet.[/url] Un bon résumé du personnage, bien que plus optimiste qu’il ne l’est vraiment.
    [url=http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=795]Un entretien plutôt intéressant avec l’auteur.[/url] Il y développe longuement son point de vue.
    [url=http://www.arthaud.fr/data/pdf/2-7003-9665-0.pdf]Quelques extraits du bouquin, sorti en 2006 chez Arthaud.[/url] Au format PDF.
    [url=http://www.decroissance.org/index.php?chemin=textes/paccalet.htm]Une critique assez affligeante du livre, décrit comme « un peu nazi ».[/url]

  • Sacoche1erSacoche1er janvier 2007

    Ta critique m'avait donné envie. Je l'ai commandé, et l'ai enfin reçu et lu.
    C'est peut-être un peu long, certainement parce qu'il a tendance à se repéter, de façon que nous autres lecteurs et crétins d'humains égoistes en quête de pouvoir et de territoire comprenions bien que OUI, LA TERRE VA CREVER.
    Et ce principalement parce que quoi qu'on fasse, selon lui, le rapport individus inconscients / individus conscients du danger sera toujours positif.
    L'homme est un con pour l'homme, c'est en essence son propos.

    En fait ça m'a beaucoup fait pensé au [i] "rapport secret du Pentagone sur le changement climatique"[/i], un essai de 60 petites pages qui traite à peu près de la même chose mais avec un ton autrement moins marrant.
    Autant [i]Paccalet[/i] nous fait sourire à chaque page avec un humour noir bien poivré, autant [i]Peter Schwartz et Doug Randall[/i] nous exposent le résultat de leur étude sur le ton rigide et stoïque de la récitation. Et c'est d'autant plus flippant.
    Ca se lit très vite et complète bien la lecture de [i]"l'Humanité disparaitra, bon débarras!"[/i].

    [img]http://ec1.images-amazon.com/images/P/2844852076.01._SS500_SCLZZZZZZZ_V1141235100_.jpg[/img]

    6€, dans toutes les bonnes crémeries.

  • EnsembleVideEnsembleVide janvier 2007

    Ouais, Paccalet prend un ton provocateur et du coup vulgarisateur, et c'est vrai qu'on a davantage tendance à voir son point de vue très subjectif plutôt qu'une masse de statistiques impitoyables. On le prend au sérieux, mais il fait quand même rire.

    Alors que là, effectivement, ça a l'air d'être tout à fait noir mais sans l'humour (euh au fait, s'il est publié, il n'est plus secret, ce rapport... ?)

    C'est temps que le CCCP se mette à bosser sur un jeu écolo, c'est à la mode en ce moment, et puis si on attend trop, il n'y aura plus personne pour y jouer...

  • Sacoche1erSacoche1er janvier 2007

    Notice du livre.
    [quote]
    Ce rapport, qui date d'octobre 2003, a été commandité par [i]Andrew Marshall[/i], conseiller stratégique au Pentagone, directeur et fondateur de Office of Net Assesment, un groupe de réflexion qui a travaillé avec tous les présidents américains depuis [i]Nixon[/i]. C'est ce "thing tank" qui a inspiré au secrétaire d'Etat de la Défense [i]Donald Rumsfeld [/i]l'essentiel de ses mesures de transformations des armées.
    Les auteurs du rapport sont [i]Peter Schwartz[/i], consultant pour la CIA et ex-directeur du plan Royal Dutch/Shell et [i]Doug Randall[/i], spacialisé dans l'écriture de scénarios stratégiques pour diverses firmes. Celui-ci a co-fondé un cabinet de consultants, Global Business Network, établi en Californie.

    L'existence de ce document confidentiel fut rendue plubique en février 2004 dans un article du magazine Fortune. C'est [i]Marshall[/i] lui-même qui fut à l'origine de cette divulgation. En effet, l'administration américaine, sous la pression du lobby pétrolier, avait étouffé ce document, auquel [i]Marshall[/i] attachait la plus grande importance.
    L'information fut rapidement repise par The Observer en Angleterre et suscita une vive polémique, de hautes autorités scientifiques accusant [i]Georges Bush[/i] de mener la politique de l'autruche, ignorant l'avis de ses propres conseillers.
    "Bush peut-il ignorer le Pentagone? s'interogea Bob Watson de la Banque mondiale. Après tout, la priorité majeure de Bush reste la défense nationale. Le Pentagone n'est pas du genre fantaisiste ou libertaire, et on peut même dire qu'il est plutôt conservateur. Si le changement climatique est une menace pour la sécurité et l'économie nationales, alors Bush se doit d'agir."

    L'intégralité du rapport finit par circuler sur internet.
    Une première traduction française par "Les Humains Associés" a été diffusée sur le site [url=http://paxhumana.info]http://paxhumana.info[/url].

    [/quote]

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion