Le site probablement pas pour toi, qui vient de passer à Vanilla 2 à l'arrache, et qui va mettre un certain temps avant d'être à nouveau opérationnel (ou du moins Über avec un Ü).
Pitoum - L'Amour avec un traversin
  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    [align=center][img]http://www.uberclub.org/img/pour-les-yeux.gif[/img][/align]

    Un jour, [b]Pitoum[/b] a éprouvé le besoin d’écrire un livre, dont le narrateur parlerait à la première personne et s’appellerait, par une étrange coïncidence, [b]Pitoum[/b]. De là à dire que son premier roman est une autobiographie, il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas, même si l’idée pourrait être sujette à controverse, comme en témoigne l’avertissement suivant :

    [i]Ces quelques histoires ne sont pas que fictionnelles et il se peut que certains faits et personnages soient inspirés librement d’évènements et personnes réels. Voyez avec eux en cas de problème.[/i]

    En vérité, peu importe la part de fiction dans son récit. Il est d’une justesse suffisante pour être avalé sans effort, même s’il a parfois un goût amer. Un peu naïf mais sachant l’être, un peu bête mais parfois génial, un peu à part, souvent drôle, voire étonnant, toujours curieux, avide de découvrir le monde, [b]Pitoum[/b], auteur et/ou personnage, raconte sa difficulté d’être et de grandir, et développe sa lente compréhension d’un domaine qu’il étudie avec un grand sérieux depuis son plus jeune âge : le sexe.


    [align=center][img]/uploads/2006/11/pitoum-couverture.png[/img]
    [i]La couverture, comme vous pouvez vous en douter.[/i][/align]

    [b]L’Amour avec un traversin[/b], c’est une histoire qui plongera ceux qui ont grandi avec une NES ou un Amiga dans une douce nostalgie, même si les jeux vidéo ne sont absolument pas le propos du livre. Il en est brièvement fait mention lorsque notre héros, à peine pubère, prétend s’intéresser à la presse vidéoludique pour tromper la vigilance de sa mère, tandis qu’il lorgne les revues pornographiques du rayon du dessus. C’est ce qui l’aurait amené à se faire offrir une console le Noël suivant…

    On retrouve dans ce livre bon nombre d’historiettes croustillantes, du genre de celles qui font rougir les garçons et glousser les filles. Apprendre à vivre avec son pénis, sans trop savoir quoi en faire au début, puis, une fois sa fonction devenue évidente, sans trop savoir comment optimiser ses chances de s’en servir : c’est le drame quotidien de [b]Pitoum[/b], qui raconte avec une autodérision faussement ingénue ses petites victoires et ses grandes défaites.

    Et si de la défaite naît l’expérience, [b]Pitoum[/b] est un authentique vétéran. Il n’est en effet guère adapté aux impitoyables lois des premiers émois amoureux. Trop gentil, dénué de cet instinct de prédation inhérent à la plupart de ses camarades mâles, qu’il méprise, eux, leur vulgarité et leur inertie autodestructrice, il subit. Il survit néanmoins, même si l’on se sert ou l’on se moque de lui, même si ça fait mal, même s’il se demande bien souvent ce qu’il fait dans ce monde qu’il semble être le seul à ne pas comprendre. Ou à comprendre, selon le point de vue.


    [align=center][img]/uploads/2006/11/pitoum-profil.png[/img]
    [i]L'image de profil de l'auteur sur ÜberClub. Oui, il est intéressant.[/i][/align]

    Sans concession et sans complaisance, avec humour, baigné de mal-être adolescent mais évitant les écueils de l’apitoiement sur soi-même et du vague-à-l’âme niaiseux, [b]l’Amour avec un traversin[/b] a le principal mérite de sentir la sincérité à plein nez. Aussi subjectif que ce livre puisse paraître, le détachement du personnage principal et le regard qu’il porte, sur lui et sur son entourage, lui confèreraient presque le statut d’un documentaire.

    La narration est en effet le dernier des soucis de l'auteur. On ne peut pas dire que l’aventure soit palpitante, pleine de suspense et de rebondissements. Au contraire, il s’agit plutôt d’exposer, point par point, les premières étapes d’une vie que chacun a déjà vécu – à moins d’être un lecteur précoce. Et c’est sans doute parce que c’est prévisible, justement, que la sauce prend : on finit nécessairement par se reconnaître, d'une façon ou d'une autre.

    En définitive, il est difficile de procéder à une véritable analyse de ce premier roman. Ca se lit d’une traite, sans réflexion ni parenthèse, d’un bloc. On pourrait essayer, mais le charme en serait certainement brisé. L’unité de l’ensemble tend à résister à la dissection en bonne et due forme. Peut-être que certains détesteront tout, ou adoreront tout, mais il est improbable que l’on puisse n’aimer [b]l’Amour avec un traversin[/b] qu’à moitié. En tout cas, moyennant la somme exorbitante de 0,65€ pour la version PDF, il serait franchement dommage d'éviter de se faire un avis.


    [url=http://www.pitoum.net]Le site de Pitoum[/url] (et de son livre, forcément).
    [url=http://www.uberclub.org/comments.php?DiscussionID=198&page=1#Item_1]Son point de vue sur le sexe[/url], qui aide à mieux cerner son livre.

  • John+NoradJohn Norad novembre 2006

    La classe tchécoslovaque, cette critique.

    Elle donne envie d'écrire son premier livre, d'écrire des articles pour l'UberClub, de lire Pitoum, d'aimer Pitoum, d'aimer Ø, d'aimer l'UberClub, et d'ajouter ce genre de commentaire.

  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    Bah, merci. Mais bon, faut bien que je justifie les chienneries capitalistes qui décorent désormais nos pages... Sinon, c'est vrai que ça donne envie de se remuer un peu la plume (enfin, le clavier) pour finir quelque chose. Ce bouquin est une sacré surprise, surtout venant de quelqu'un qui dans mon souvenir se complaisait dans l'autodépréciation et le culte de sa propre médiocrité. Il y a toujours de ça, mais entre-temps la démarche est devenue plus rigoureuse, plus aboutie, et a donné lieu à quelque chose de finalement très sérieux. Je suis sûr que terminer ce livre a eu une vocation thérapeuthique d'une certaine façon, histoire de mettre un point final à une période de sa vie, ou du moins d'en signer l'épisode pilote, mais je lui trouve une saveur un peu trop travaillée pour n'être que ça, justement. Bref, j'ai beaucoup aimé, mais j'ai du mal à dire exactement pourquoi.

  • DarkNemoDarkNemo novembre 2006

    Après avoir lu les deux premières chapitres en PDF, j'attends la version reliée qui devrait arriver cette semaine dans ma boîte aux lettres.
    Pitoum a su travailler pendant son absence et n'est revenu qu'une fois l'objet fini, sans promettre quoi que ce soit, une chose trop rare de nos jours.

  • John+NoradJohn Norad novembre 2006

    [quote]Bref, j'ai beaucoup aimé, mais j'ai du mal à dire exactement pourquoi.[/quote]
    Peut-être parce que tu as l'impression qu'il a été écrit pour toi... Stephen King pense qu'il faut avoir un Lecteur Idéal en tête, quand on écrit. Et pas mal d'anciens napalmiseurs de Supinfogame peuvent se sentir concernés par les traumatismes de Pitoum !

    Suffit de demander à l'auteur : t'avais Ø, Supinfogame et / ou l'UberClub en tête, quand tu as écrit ça Pitoum ?

  • p2mp2m novembre 2006

    Euh, à priori, ni l'un, ni l'autre, ni le troisième... J'étais même à mille lieus de penser trouver un lecteur potentiel en Ø pour être franc.

  • John+NoradJohn Norad novembre 2006

    Alors à qui s'adresse cette "leçon" ? Ou alors il s'agit d'un simple exhutoire ? Je comprendrais que ça te gêne d'en parler, note bien -_-' ...

  • DarkNemoDarkNemo novembre 2006

    Une "leçon" ? Quelle "leçon" ?

  • John+NoradJohn Norad novembre 2006

    Le message, la morale, comme dans les fables. Les auteurs en foutent souvent dans leurs histoires, même pas forcément consciemment ! Un bouquin a la vocation de changer son lecteur, un peu, non ?

  • p2mp2m novembre 2006

    C'est prétentieux si je réponds au monde ?

    Honnêtement, je l'ai écrit en pensant principalement à ce que j'aurais aimé lire, ce qui aurait pu m'aider/me rassurer/me faire comprendre, certaine choses, à certaines période de ma vie. Et puis comme un divertissement. J'ose espérer qu'il l'est quelque peu, ce livre.

  • p2mp2m novembre 2006

    Et puis dans le fond, je crois que Nemo a raison. Quelle morale ou leçon ?

    [b]L'amour avec un traversin[/b], si ça doit être pris autrement qu'une simple histoire qui fait passer une heure ou deux, je dirais que c'est un témoignage. Pas forcément objectif, mais qui vaut ce qu'il vaut.
    Un bouquin ne doit pas forcément changer le lecteur, même si évidemment, c'est mieux quand c'est le cas, en général (un bouquin qui fait devenir facho, c'est pas forcément top). Mais si ce n'est pas le cas, c'est pas grave. C'est juste un (bon ?) moment qu'on finira par oublier.

    Quand au fait que ce soit un exhutoire, peut-être que oui dans le fond. J'ai tendance à vouloir ma vie comme un film. Et pis dans l'instant c'est pas facile. Parce que les neurones bossent pas toujours comme il faut et que les autres s'en foutent que leur vie imite plus la mauvaise télévision que le 7e art (merci Woody Allen). Du coup, écrire la vie d'un personnage qui pourrait être moi en la romançant, c'est un peu comme se créer des souvenirs, une vie alternative comme on la fantasme. c'est peut-être ça le but finalement. La raconter comme on aurait aimer la vivre, sans l'embellir, juste en la rendant "intéressante". Un peu.

    Ouais, y a un bon post-mortem à faire.

  • MescalitoMescalito novembre 2006

    [quote][cite] p2m :[/cite]
    [b]L'amour avec un traversin[/b], si ça doit être pris autrement qu'une simple histoire qui fait passer une heure ou deux, je dirais que c'est un témoignage. Pas forcément objectif, mais qui vaut ce qu'il vaut.
    Un bouquin ne doit pas forcément changer le lecteur, même si évidemment, c'est mieux quand c'est le cas, en général (un bouquin qui fait devenir facho, c'est pas forcément top). Mais si ce n'est pas le cas, c'est pas grave. C'est juste un (bon ?) moment qu'on finira par oublier.
    [/quote]

    En même temps, le fait de parvenir à faire passer une heure ou 2 à des gens sur un même objet (ton livre), replacé dans un contexte de culture du zapping (ou les gens passent de moins en moins de temps sur un même objet...), c'est plutot une réussite...

    Par curiosité, pourrais tu repréciser en développant un poil la fin de ton dernier post sans utiliser le terme "intéressant" (ni sympa, ni cool...) ??

    Comme on dit chez nous, [b]Keep the juice flowing up[/b]

  • p2mp2m novembre 2006

    Ch'ais pas. C'est un truc que je ressens. Des moments qui frustrent et que tu aimerais revire pour les rendre plus intenses plus juste. J'aime bien les aphorismes douteux par exemple. Ben dans la vraie vie, quand tu arrives à en trouver comme ça du tac-o-tac, les gens s'en foutent, au mieux, te méprisent, au pire. En écrivant une scène semblable, tu peux le caser, et ça passe.
    En fait, je pense que la vie est hyper décousue, imparfaite, trop chaotique pour que telle quel elle soit intéressante pour autrui, et même pour soi. Pour soi, on se fait notre propre montage, avec nos souvenirs. Je pense qu'écrire de cette manière, ca permet de visualiser ce montage de souvenirs, en le rendant plus structuré.

    J'suis peut-être pas clair. Mais là comme ça... C'est tout ce qui me vient.

  • DarkNemoDarkNemo novembre 2006

    [quote][cite] p2m :[/cite]J'ai tendance à vouloir ma vie comme un film.[/quote]
    C'est exactement ce que je me disais ce soir en rentrant du boulot, en me demandant pourquoi j'étais parfois un peu dépressif.

  • p2mp2m novembre 2006

    C'est le fardeau des génies créatifs... Ou un truc comme ça. Ou des cons. Je sais pas en fait.

  • pingupingu novembre 2006

    Mais nan, c'est parce que vous êtes des émos qui s'assument ^^

  • MescalitoMescalito novembre 2006

    Je pense (oui, ça m'arrive des fois...) que c'est aussi due à l'influence du cinéma et de la tv.
    A force de voir des trames narratives se répéter, à force de voir des tranches de vie scénarisées et très souvent magnifiées (certes il y a aussi, et heureusement, les films d'art et d essai qui tentent de sortir parfois de ces schémas...)...on finit par voir la vie, notre vie, de cette manière.
    Pas complètement, heureusement, mais on reste indéniablement influencé, à force de répétition ça s'inscrit dans notre mémoire, ça modifie notre perception des choses....ce genre de trucs quoi .

  • p2mp2m novembre 2006

    Emos Rangers en force, ouech !

    (Ou, de l'art de flinguer la crédibilité d'un article via ses commentaires)

  • DarkNemoDarkNemo novembre 2006

    (Avec le lien, c'est plus facile de le flinguer :

    )

  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    A noter que l'on peut désormais intégrer des vidéos YouTube ou Google comme ceci :
    <video type="google">docid</video>
    <video type="youtube">video id</video>

  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    Ce qui donne cela :

    TjmOK4TTvwg

  • p2mp2m novembre 2006

    Là par contre, ça frôle l'exécution sommaire. Je ne sais pas si je peux laisser ça, sans crier à l'injustice. Mais n'empêche, ça claque !

  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    Je suis parfaitement d'accord, n'ayant regardé la vidéo qu'une heure après l'avoir repostée. Tu peux crier sus à Némo, moi, tout ce que je vois, c'est qu'on peut intégrer des vidéos et que c'est un grand pas pour l'humanité.

    D'un point de vue moins pragmatique, cette vidéo est tellement affligeante que j'ai du mal à la trouver vraiment drôle. C'est un peu comme si des mecs n'ayant jamais vu Sacré Graal essayaient de faire du second degré (oh merde, je sonne élitiste, là). Le terme "emo" est en soi déjà tellement péjoratif qu'on avait peut-être pas besoin de ça pour appuyer le propos... D'autant moins que ton bouquin ne tape à mon sens absolument pas dans cette catégorie. Ou alors, si, mais dans ce cas je suis complètement émo.

  • DarkNemoDarkNemo novembre 2006

    Par contre, merci pour les vidéos intégrables ! ^^ C'est la grande classe (encore) !
    (et pour daily motion ???)

  • p2mp2m novembre 2006

    (Oui la ça claque était pour l'intégration de vidéos dans le forum... Comme tu peux t'en douter, j'en ai une tripotée qui attendaient de pouvoir ressortir du placard. Comment ça je peux pas sous peine d'être banni ? Tu as tort, celle sur DBZ Budokaï 3 a été élue à l'unanimité par l'ensemble de la communauté YouTube de vidéo la plus gay de l'année. Si c'est pas über à mort ça, c'est que je m'y connais pas.)

    Non, le livre n'est pas censé être émo. Les émos, c'est des néo-gothiques qui se revendiquent. Je ne suis pas néo-gothique, et n'essaye pas de lancer la "neo-gothic novell".

  • EnsembleVideEnsembleVide novembre 2006

    Vas-y, fais péter les vidéos, tant que tu les laisses dans la catégorie Ego...

    Et pour Daily Motion, bah pas de problème, il faut juste un codeur en PHP. Genre, le même codeur qui voudrait une intégration des SWF. (wink wink)

  • pingupingu novembre 2006

    Je parle pas avec les émos. (look elsewhere)

  • DarkNemoDarkNemo décembre 2006

    Bon, après 20 jours d'attente il est enfin arriver en relié dans ma boîte aux lettres !

    Pour rappel, j'avais lu les deux premiers chapitres en pdf avant de me décider à le commander.
    Eh bah j'ai pas été déçu du tout ! C'est un récit qui me parle tout à fait, je partage avec le personnage principal (Pitoum ^^) beaucoup d'expériences similaires, une petite envie de traversin par ci (quoique je ne suis pas allé aussiloin que lui), des trucs en douce dans la chambre étant petit, des soirées parfois frustrantes, parfois ratées, bref pas mal de choses quoi...

    Le chapitre qui m'a scotché, c'est le chapitre "Juste Spectateur", celui de la fameuse soirée où "ça aurait pu". En lisant ce chapitre là, on aurait pu foutre le feu chez moi que j'aurai rien senti (enfin c'est une image hein). J'étais vraiment absorbé par ce que je lisais.

    Bref, c'est un livre a conseillé fortement, parce qu'il est sincère déjà et puis parce qu'il est bien et puis c'est tout !!!

  • p2mp2m décembre 2006

    J'essaye de vous tenr au courant un peu, donc voilà, un article est paru aujourd'hui dans Charente Libre :
    http://www.charente.com/article.php?id_sequence=3&id_article=80442

    Sinon, il faudra attendre début janvier pour les éditeurs.

  • EnsembleVideEnsembleVide décembre 2006

    "Le Blockbuster", ça c'est du titre. Dommage qu'il fasse référence à à l'autre bouquin dont il est question dans l'article... Enfin, on ne sait jamais, ça viendra peut-être. Faudrait que tu poses à poil sur la couverture, tu augmenterais tes chances. Bravo, en tout cas.

  • p2mp2m décembre 2006

    En fait le titre exact c'est "Le Blockbuster et le petit LuLu" mais il a été tronqué pour le site web. Pour ma couv' nu, j'y penserais, mais que si c'est photographier par David LaChapelle.

  • p2mp2m décembre 2006

    Information presque importante :

    [b]L'amour avec un traversin[/b] sera téléchargeable [b]gratuitement [/b]au format PDF (et PDF uniquement) à partir du 24 décembre 00h00, jusqu'au 25 décembre 23h59 !
    Il suffira de vous rendre pendant ces deux jours sur [url=http://www.pitoum.net]http://www.pitoum.net[/url] !

  • John+NoradJohn Norad décembre 2006

    C'te spammeur.

Bien le bonjour, visiteur.

On dirait que vous êtes quelqu'un d'intéressant. Pour le prouver à la face du monde, cliquez sur l'un des boutons ci-dessous.

Connexion Postuler

Dans cette discussion